Elfe de sang
Horde
Réfugiés vindicatifs

Pendant près de sept mille ans, la société des hauts-elfes dépendit du Puits soleil, une source sacrée qui alimentait sa consommation courante de magie. Grâce à l’énergie du puits, le royaume enchanté de Quel’Thalas prospérait dans les forêts du nord de Lordaeron.

Histoire des elfes de sang

Pendant la Troisième guerre, une armée du Fléau menée par le chevalier de la mort Arthas Menethil envahit Quel’Thalas et manqua d’exterminer les hauts-elfes. Arthas utilisa le Puits de soleil pour ressusciter le nécromancien défunt Kel’Thuzad, ce qui en corrompit à jamais l’eau.

Craignant que le puits souillé n’anéantisse son peuple, le prince Kael’thas le détruisit. Cela permit de sauver les survivants, qu’il appelait désormais elfes de sang, de son énergie maléfique, mais les affligea d’une carence de magie aux effets débilitants. À la recherche d’un remède pour les siens, Kael’thas se rendit en Outreterre, où il conclut un pacte avec le démon renégat Illidan Hurlorage. Mais ses besoins en magie gangrenée le mirent sous la coupe du chef de la Légion ardente, Kil’jaeden. Les promesses faites à son peuple de le mener à un nouveau paradis n’étaient que vulgaires mensonges.

Le prince dévoyé finit par retourner sur Azeroth, où il reprit le contrôle du Puits de soleil détruit afin de l’utiliser pour incarner Kil’jaeden en son monde, mais il fut abattu avant d’avoir pu mettre son plan à exécution. Le prophète draeneï Velen purifia le puits et le transforma en source d’énergie arcanique sacrée. De nombreux elfes de sang se sont depuis voués à un nouvel essor de Quel’Thalas, mais d’autres hésitent encore à abandonner leur dépendance à la magie gangrenée. Seul le temps pourra dire s’ils sauront éviter de répéter les tragédies du passé.

Zone de départ
Le bois des Chants éternels

Les resplendissants bois des Chants éternels ont été le foyer des elfes de sang depuis des millénaires, mais l’administration de cette région forestière n’en a pas été moins périlleuse. En effet, lorsque le prince Arthas et son armée morte-vivante ont foulé les terres elfiques de leurs pieds sacrilèges lors de la Troisième guerre, c’est le cœur-même du royaume de Quel’Thalas qui a été ravagé pour ouvrir un chemin vers le Puits de soleil. Ces monstres laissèrent derrière eux une balafre putride qui défigurait atrocement les bois des Chants éternels. Depuis cette époque, les elfes ont fait tout leur possible pour se débarrasser des morts-vivants errants qui persistent dans les environs, et panser les blessures causées par l’assaut d’Arthas… Mais la tâche est colossale, et il reste encore fort à faire. Il ne fait aucun doute que le rétablissement de la sécurité et la prospérité du bois des Chants éternels seront l’enjeu majeur de l’avenir promis à Quel’Thalas.

Traits raciaux
Acuité arcanique
La précision véritablement surnaturelle des Elfes de sang augmente leurs chances de coup critique.
Torrent arcanique
Les Elfes de sang peuvent perturber la magie. Ils annulent 1 effet bénéfique sur les ennemis autour d’eux et récupèrent de la ressource.
Affinité avec les arcanes
Les elfes de sang sont passés maîtres dans les arts mystiques et bénéficient d’un bonus au métier d’enchantement.
Résistance à la magie
Les elfes de sang ont une résistance naturelle à la magie des arcanes.
Histoire des elfes de sang

Pendant la Troisième guerre, une armée du Fléau menée par le chevalier de la mort Arthas Menethil envahit Quel’Thalas et manqua d’exterminer les hauts-elfes. Arthas utilisa le Puits de soleil pour ressusciter le nécromancien défunt Kel’Thuzad, ce qui en corrompit à jamais l’eau.

Craignant que le puits souillé n’anéantisse son peuple, le prince Kael’thas le détruisit. Cela permit de sauver les survivants, qu’il appelait désormais elfes de sang, de son énergie maléfique, mais les affligea d’une carence de magie aux effets débilitants. À la recherche d’un remède pour les siens, Kael’thas se rendit en Outreterre, où il conclut un pacte avec le démon renégat Illidan Hurlorage. Mais ses besoins en magie gangrenée le mirent sous la coupe du chef de la Légion ardente, Kil’jaeden. Les promesses faites à son peuple de le mener à un nouveau paradis n’étaient que vulgaires mensonges.

Le prince dévoyé finit par retourner sur Azeroth, où il reprit le contrôle du Puits de soleil détruit afin de l’utiliser pour incarner Kil’jaeden en son monde, mais il fut abattu avant d’avoir pu mettre son plan à exécution. Le prophète draeneï Velen purifia le puits et le transforma en source d’énergie arcanique sacrée. De nombreux elfes de sang se sont depuis voués à un nouvel essor de Quel’Thalas, mais d’autres hésitent encore à abandonner leur dépendance à la magie gangrenée. Seul le temps pourra dire s’ils sauront éviter de répéter les tragédies du passé.

Zone de départ
Le bois des Chants éternels

Les resplendissants bois des Chants éternels ont été le foyer des elfes de sang depuis des millénaires, mais l’administration de cette région forestière n’en a pas été moins périlleuse. En effet, lorsque le prince Arthas et son armée morte-vivante ont foulé les terres elfiques de leurs pieds sacrilèges lors de la Troisième guerre, c’est le cœur-même du royaume de Quel’Thalas qui a été ravagé pour ouvrir un chemin vers le Puits de soleil. Ces monstres laissèrent derrière eux une balafre putride qui défigurait atrocement les bois des Chants éternels. Depuis cette époque, les elfes ont fait tout leur possible pour se débarrasser des morts-vivants errants qui persistent dans les environs, et panser les blessures causées par l’assaut d’Arthas… Mais la tâche est colossale, et il reste encore fort à faire. Il ne fait aucun doute que le rétablissement de la sécurité et la prospérité du bois des Chants éternels seront l’enjeu majeur de l’avenir promis à Quel’Thalas.

Capitale
Lune-d’Argent

La magnifique capitale elfique a échappé de peu à la destruction totale par le Fléau, il y a de cela moins de dix ans. Sous la houlette du prince Arthas, les morts-vivants ravagèrent la ville et commirent le sacrilège ultime : la corruption des eaux sacrées du Puits de soleil. Depuis cet abominable drame, les hauts-elfes se sont rebaptisés elfes de sang et ont travaillé jour et nuit afin de reconstruire leur capitale en ruines, joyau tristement terni du royaume de Quel’Thalas. La renaissance du Puits de soleil les a également galvanisés, et c’est sans relâche qu’ils tentent à présent de panser les blessures de leur capitale bien-aimée dans l’espoir d’en restaurer l’or d’antan.

Dirigeant
Lor’themar Theron

Le seigneur régent Lor’themar Theron est bien conscient des sacrifices auxquels les elfes de sang ont consenti – sans toutefois toujours en avoir le choix. Il a survécu à l’invasion brutale de Quel’Thalas par le Fléau, et fut chargé de veiller sur le royaume elfique pendant l’absence du prince Kael’thas, parti pour l’Outreterre. Lorsque ce dernier, gangrené par la magie démoniaque, fit son funeste retour en Azeroth et tenta d’utiliser le Puits de soleil à des fins malfaisantes, Lor’themar fut durement mis à l’épreuve : il lui échu de guider les elfes de sang quand le prince connut l’amère fin réservée aux traîtres. La renaissance du Puits de soleil promet désormais un avenir radieux à Quel’Thalas ; et c’est Lor’themar qui mènera son peuple à sa destinée grandiose, laissant loin derrière la ténèbre et l’affliction.

Monture raciale
Faucon-pérégrin

En partant sur leurs fiers faucons-pérégrins vers le monde dévasté d’Outreterre, Kael’thas et sa troupe emportaient un peu de la beauté de Quel’Thalas avec eux. Réputés pour leur fiabilité et leur célérité, ces créatures aviaires aux couleurs bariolées incarnent la splendeur légendaire des forêts qui abritent le royaume elfique. Ils font partie de la vie quotidienne des elfes, et restent un soutien indéfectible après les tragédies qui ont frappé Quel’Thalas dans l’Histoire récente.

Plus d'infos sur les autres races