Gnome
Alliance
Bricoleurs de génie

Les créatures ingénieuses, audacieuses et parfois excentriques que sont les gnomes constituent un paradoxe unique chez les peuples d’Azeroth : ces brillants inventeurs à la nature irrésistiblement joviale ont pourtant connu la trahison et l’exode, et échappé de peu au génocide. C’est ainsi leur remarquable optimisme face à de si terribles calamités qui symbolise l’inébranlable esprit des gnomes.​

Histoire des gnomes

Les minuscules gnomes sont des mécaniciens, ingénieurs, techniciens et outilleurs de légende. Ils ont posé leur marque sur Azeroth grâce à une intelligence et une ambition collectives capable de supplanter celles de leurs plus grands semblables.

L’histoire du peuple gnome précédant la Deuxième guerre est peu connue, sa philosophie et son savoir étant principalement tournés vers l’avenir et les concepts visionnaires. Des éléments prouvant que les gnomes descendent de créations des titans ont récemment été découverts. Des serviteurs mécaniques frappés par la malédiction de la chair seraient ainsi devenus ceux que nous connaissons aujourd’hui.

Il fallut cependant plusieurs siècles, jusqu’à leur découverte par les nains, pour que les gnomes soient reconnus comme une race d’importance. Les nains, impressionnés par l’ingéniosité et la vivacité de leurs « cousins » (eux aussi descendant de créatures des titans transformées par la malédiction), les aidèrent à bâtir leur capitale, Gnomeregan, dans les collines non loin de la leur, Forgefer. Les gnomes de cette technopole apportèrent alors un remarquable soutien à l’Alliance des nains, humains et hauts-elfes avec leurs armes, véhicules et troupes pleines de vivacité.

Pourtant, lors de l’invasion de la Légion ardente qui lança la Troisième guerre, ils refusèrent étrangement d’envoyer de l’aide, et ce ne fut qu’à la fin de la guerre que l’Alliance apprit la raison de ce repli : un danger antique avait surgi des profondeurs d’Azeroth pour frapper Gnomeregan, et les gnomes, sachant que leurs alliés devaient avant tout vaincre la Légion, avaient décidé de l’affronter seuls. Ils combattirent vaillamment pour sauver leur chère cité, mais Gnomeregan fut perdue.

Le peuple gnome manqua d’être exterminé lors de la chute de sa cité. Certains disent que quatre-vingt pour cent de la population succomba lors de cette tragédie. Les rares fuyards ont fondé la Nouvelle-Brikabrok. Paisiblement, ils y reconstruisent leur société, pansent leurs blessures et préparent la reconquête de Gnomeregan.

Zone de départ
Gnomeregan

Les gnomes tentent de récupérer Gnomeregan des mains irradiées de Psiko Thermojoncteur et de ses malfaisants serviteurs : pour cela, ils ont à présent installé à la hâte un avant-poste militaire à la Nouvelle Brikabrok, au pied des portes de la mécacité. Ils s’affairent d’ores et déjà à décontaminer les survivants irradiés qui parviennent à en s’échapper, mais un autre front se déclare en Dun Morogh contre l’homme de main de Thermojoncteur : Razlo Brisedents. Bien que Gnomeregan recèle maints périls, les gnomes et leur charismatique Grand Bricoleur Mekkanivelle sont résolus à en découdre une fois pour toutes avec toutes les menaces qui se dressent entre eux et leur ville bien-aimée – qu’il s’agisse de troggs, de gelée toxique ou de robots-factionnaires. C’est pourquoi il est essentiel de mettre un terme dès que possible aux agissements de Brisedent, avant qu’il ne parvienne à enrayer la libération tant espérée de Gnomeregan.

Traits raciaux
Maître de l'évasion
Les gnomes sont petits et vifs, ce qui leur permet de se sortir de bien des situations inconfortables et des pièges les plus dangereux.
Résistance aux arcanes
Les gnomes sont naturellement résistants à la magie arcanique, ce qui les rend plus difficiles à blesser par ce biais.
Pensée expansive
Curieux, inventifs et géniaux, les gnomes bénéficient d’un petit bonus à leur ressource.
Spécialisation (ingénierie)
Grands amateurs de gadgets et de bidules en tout genre, les gnomes bénéficient d’un bonus de compétence en ingénierie.
Doigts agiles
Les gnomes ont beau être de petite taille, ils n’en sont pas moins redoutablement rapides.
Histoire des gnomes

Les minuscules gnomes sont des mécaniciens, ingénieurs, techniciens et outilleurs de légende. Ils ont posé leur marque sur Azeroth grâce à une intelligence et une ambition collectives capable de supplanter celles de leurs plus grands semblables.

L’histoire du peuple gnome précédant la Deuxième guerre est peu connue, sa philosophie et son savoir étant principalement tournés vers l’avenir et les concepts visionnaires. Des éléments prouvant que les gnomes descendent de créations des titans ont récemment été découverts. Des serviteurs mécaniques frappés par la malédiction de la chair seraient ainsi devenus ceux que nous connaissons aujourd’hui.

Il fallut cependant plusieurs siècles, jusqu’à leur découverte par les nains, pour que les gnomes soient reconnus comme une race d’importance. Les nains, impressionnés par l’ingéniosité et la vivacité de leurs « cousins » (eux aussi descendant de créatures des titans transformées par la malédiction), les aidèrent à bâtir leur capitale, Gnomeregan, dans les collines non loin de la leur, Forgefer. Les gnomes de cette technopole apportèrent alors un remarquable soutien à l’Alliance des nains, humains et hauts-elfes avec leurs armes, véhicules et troupes pleines de vivacité.

Pourtant, lors de l’invasion de la Légion ardente qui lança la Troisième guerre, ils refusèrent étrangement d’envoyer de l’aide, et ce ne fut qu’à la fin de la guerre que l’Alliance apprit la raison de ce repli : un danger antique avait surgi des profondeurs d’Azeroth pour frapper Gnomeregan, et les gnomes, sachant que leurs alliés devaient avant tout vaincre la Légion, avaient décidé de l’affronter seuls. Ils combattirent vaillamment pour sauver leur chère cité, mais Gnomeregan fut perdue.

Le peuple gnome manqua d’être exterminé lors de la chute de sa cité. Certains disent que quatre-vingt pour cent de la population succomba lors de cette tragédie. Les rares fuyards ont fondé la Nouvelle-Brikabrok. Paisiblement, ils y reconstruisent leur société, pansent leurs blessures et préparent la reconquête de Gnomeregan.

Zone de départ
Gnomeregan

Les gnomes tentent de récupérer Gnomeregan des mains irradiées de Psiko Thermojoncteur et de ses malfaisants serviteurs : pour cela, ils ont à présent installé à la hâte un avant-poste militaire à la Nouvelle Brikabrok, au pied des portes de la mécacité. Ils s’affairent d’ores et déjà à décontaminer les survivants irradiés qui parviennent à en s’échapper, mais un autre front se déclare en Dun Morogh contre l’homme de main de Thermojoncteur : Razlo Brisedents. Bien que Gnomeregan recèle maints périls, les gnomes et leur charismatique Grand Bricoleur Mekkanivelle sont résolus à en découdre une fois pour toutes avec toutes les menaces qui se dressent entre eux et leur ville bien-aimée – qu’il s’agisse de troggs, de gelée toxique ou de robots-factionnaires. C’est pourquoi il est essentiel de mettre un terme dès que possible aux agissements de Brisedent, avant qu’il ne parvienne à enrayer la libération tant espérée de Gnomeregan.

Capitale
Gnomeregan

Véritable prodige technologique, la cité souterraine de Gnomeregan est la preuve en acier trempé de l’intelligence, de l’ambition et de l’ingéniosité qui caractérisent les gnomes. Creusée dans les contreforts de Dun Morogh, elle s’enfonce profondément dans les entrailles de la terre. Cadre actuel d’une bataille acharnée entre ses fondateurs gnomes et le traître Psiko Thermojoncteur, le labyrinthe de métal au lustre passé est lentement repris à l’ennemi, une galerie après l’autre.

Dirigeant
Gelbin Mekkanivelle

Le Grand Bricoleur Mekkanivelle a présidé aux destinées du peuple gnome pendant certaines des épreuves les plus difficiles que la race ait jamais connues. Étant élu par ses pairs, le fait qu’il ait conservé son poste malgré une succession d’évènements tragiques témoigne de l’amour que lui voue tout un peuple.

Inventeur hors pair, Gelbin Mekkanivelle s’est hissé à la tête de la méritocratie gnome grâce à son sens de l’innovation et sa capacité à résoudre les problèmes les plus ardus. C’est à lui qu’on doit la construction du tout premier mécanotrotteur fonctionnel. Il a en outre contribué au perfectionnement des engins de siège nains et a joué un rôle crucial dans la création du Tram des profondeurs qui relie Forgefer à Hurlevent.

Bien qu’il n’en laisse rien paraître, la perte de Gnomeregan pèse lourd sur les frêles épaules du Grand Bricoleur. Pris au dépourvu lors de l’invasion qui a mis à sac sa ville bien-aimée, il a en outre été trahi par un « fidèle » conseiller qui l’a persuadé de réagir en toute hâte, ce qui a conduit à une hécatombe aussi stérile qu’inutile. Aujourd’hui, le génie de Mekkanivelle est tout entier tourné vers un unique objectif : la reconquête de Gnomeregan.

Monture raciale
Mécanotrotteur

Le mécanototteur est un autre prodige révolutionnaire à porter au crédit de l’ingénierie gnome. Chaque trotteur est conçu de façon à s’adapter au mieux à son pilote. Mus par un système de pistons à vapeur dernier cri, articulés à l’aide de servomoteurs et dotés d’une carrosserie en acier renforcé, les mécanotrotteurs constituent un moyen de transport fiable et robuste. Certains n’y voient qu’un tas de boulons sans vie, ce qui en fait une monture sans âme. Ce à quoi les gnomes répondent qu’entre les mains d’un pilote chevronné, le mécanotrotteur répond de façon plus précise que la monture vivante la mieux dressée.

Plus d'infos sur les autres races
WoW Classic
Sortie mondiale dans
Désormais disponible dans le monde entier
Jours
Heures
Min
Sec