Gobelin

Horde

Marchands avides

À l’origine esclaves des trolls de la jungle sur l’île de Kezan, les gobelins étaient contraints de miner le minerai de kaja’mite dans les entrailles volcaniques du mont Kajaro. Les trolls utilisaient la kaja’mite pour leurs cérémonies vaudou, mais elle eut un effet inattendu sur les esclaves qui y étaient exposés en permanence, et développa chez eux une ruse et une intelligence surprenantes.

Histoire des gobelins

Les gobelins créèrent alors en secret de puissantes machines et mixtures alchimiques, et renversèrent leurs oppresseurs pour s’emparer de Kezan. Les mines qui avaient été leur prison devinrent la cité de Terremine. Ils y bâtirent les fondations d’un empire, et affûtèrent leur ruse naturelle (certains parleraient même de sournoiserie) à l’extrême. Leurs trouvailles devaient ainsi les aider à conquérir le monde... Ou, tout du moins, à en posséder un pourcentage non négligeable.

Mais à leur grand dam, les effets de la kaja’mite commencèrent à se dissiper et leur intelligence à se résorber, et, plus grave encore, les gisements à s’épuiser. Les stocks diminuaient. Et le désespoir montait…

Leurs inventions jusque-là brillantes devinrent progressivement bancales et bricolées, et ils finirent par comprendre qu’il allait leur falloir d’autres moyens de satisfaire leur avidité. Leurs restes de rouerie mis au service de leur avarice leur permirent de rapidement s’imposer comme les maîtres du négoce. Certains amassèrent des fortunes, et l’île de Kezan devint une plaque tournante pour les navires commerçants gobelins. Un prince marchand particulièrement ambitieux accepta de monnayer les services de son cartel à la Horde pendant la Deuxième guerre, et, suite à la défaite de leurs employeurs, les gobelins comprirent qu’ils pouvaient doubler leurs profits s’ils ne restaient pas cantonnés à un marché exclusivement. Ce fut ainsi qu’à la fin de la Troisième guerre, ils faisaient affaire à la fois avec la Horde et l’Alliance.

Récemment, le cartel Baille-Fonds, une faction gobeline établie à Orgrimmar et en Azshara, s’est trouvé une nouvelle ennemie en l’Alliance, quelques rencontres avec le SI:7, service secret de l’armée du roi Varian, s’étant révélées particulièrement néfastes pour les affaires et ayant poussé le prince marchand Gallywix à abandonner sa confortable neutralité. Les gobelins du cartel Baille-Fonds ont ainsi retissé des liens avec les vieux alliés de leurs parents, et intégré la Horde.

Zone de départ

Kezan

Au fur et à mesure que Kezan affirmait son statut de plaque tournante commerciale, la ville était divisée en dizaines de quartiers par les princes marchands, pour qui chaque centimètre de terrain peut être converti en or et en argent. Les palmiers tropicaux de Kezan serpentent sur toute l’île pour délimiter des kilomètres de route ;même les plages sont menacées d’être recouvertes de pavés par l’ambition des gobelins. Depuis peu, la nature reprend ses droits sur l’île de Kezan : le gigantesque mont Kajaro est entré en éruption à la suite du cataclysme, submergeant l’île sous sa lave brûlante et projetant de puissantes marées sur les ports de Kezan.

Traits raciaux

Fusées de saut
Les gobelins peuvent utiliser leur bonnes vieilles fusées de saut sur leur ceinture de fusées pour se propulser sur de courtes distances.
Barrage de roquettes
La ceinture de fusées gobeline peut également lancer des roquettes sur l’ennemi, causant ainsi à ce dernier des dégâts de feu.
Hobgobelin de bât
Les Gobelins peuvent accéder à leur banque à tout endroit après avoir obtenu l’aide d’un fidèle ami.
Dur en affaires
Les marchandages et les interminables négociations sont une seconde nature pour les gobelins, c’est pourquoi ils bénéficient toujours des prix les plus bas.
Le temps, c'est de l'argent
Les gobelins bénéficient d’un bonus à la hâte.
La chimie pour une vie meilleure
Affichant une affinité naturelle pour les substances dangereuses, les gobelins bénéficient d’un bonus à l’alchimie.

Classes compatibles

Guerrier
Guerrier
Depuis que la guerre fait rage, des héros de toutes races ont cherché à maîtriser l’art du combat. Les guerriers combinent force, autorité et maîtrise des armes et des armures pour causer des ravages dans des combats épiques.
Chasseur
Chasseur
L’appel de la nature tire dès leur plus jeune âge certains aventuriers du confort de leur demeure pour les plonger dans la sauvagerie impitoyable du monde extérieur. Ceux qui y survivent deviennent des chasseurs.
Voleur
Voleur
Un seul code pour les voleurs : remplir le contrat. Ces mercenaires s’appuient sur des tactiques brutales et efficaces sans l’ombre d’un remords. Assassins mortels et maîtres de la furtivité, ils approchent leurs cibles par derrière, frappent un organe vital et s’évanouissent dans l’ombre avant que leur victime ne touche le sol.
Prêtre
Prêtre
C’est au spirituel que les prêtres ont consacré leur vie et c’est en étant au service des autres que leurs actes traduisent la force de leur foi. Depuis des millénaires, ils ont quitté le confort de leurs lieux saints et sont sortis du cadre de leurs temples pour aller soutenir leurs alliés sur les terres dévastées par la guerre.
Chaman
Chaman
Les chamans sont des guides spirituels qui font appel à des puissances non pas divines mais élémentaires. Ce mysticisme particulier amène le chaman à communier avec des forces qui ne sont pas toujours bienveillantes.
Mage
Mage
Les étudiants les plus intelligents et les plus disciplinés peuvent envisager une carrière de mage. Comme la magie des arcanes que manipulent les mages est à la fois puissante et dangereuse, elle n’est enseignée qu’à ceux qui la pratiquent avec respect et assiduité.
Démoniste
Démoniste
Face aux pouvoirs démoniaques, la plupart des héros ne voient que la mort : les démonistes, eux, y voient une opportunité. La domination est leur but, c’est pourquoi ils se sont tournés vers les sombres arts. Ces lanceurs de sorts voraces invoquent des familiers démoniaques pour les servir dans leurs combats.
Chevalier de la mort
Chevalier de la mort
Le roi-liche a perdu le contrôle de ses chevaliers de la mort, et ses anciens champions cherchent la rédemption en vengeant les horreurs commises lorsqu’ils étaient sous son contrôle.

Histoire des gobelins

Les gobelins créèrent alors en secret de puissantes machines et mixtures alchimiques, et renversèrent leurs oppresseurs pour s’emparer de Kezan. Les mines qui avaient été leur prison devinrent la cité de Terremine. Ils y bâtirent les fondations d’un empire, et affûtèrent leur ruse naturelle (certains parleraient même de sournoiserie) à l’extrême. Leurs trouvailles devaient ainsi les aider à conquérir le monde... Ou, tout du moins, à en posséder un pourcentage non négligeable.

Mais à leur grand dam, les effets de la kaja’mite commencèrent à se dissiper et leur intelligence à se résorber, et, plus grave encore, les gisements à s’épuiser. Les stocks diminuaient. Et le désespoir montait…

Leurs inventions jusque-là brillantes devinrent progressivement bancales et bricolées, et ils finirent par comprendre qu’il allait leur falloir d’autres moyens de satisfaire leur avidité. Leurs restes de rouerie mis au service de leur avarice leur permirent de rapidement s’imposer comme les maîtres du négoce. Certains amassèrent des fortunes, et l’île de Kezan devint une plaque tournante pour les navires commerçants gobelins. Un prince marchand particulièrement ambitieux accepta de monnayer les services de son cartel à la Horde pendant la Deuxième guerre, et, suite à la défaite de leurs employeurs, les gobelins comprirent qu’ils pouvaient doubler leurs profits s’ils ne restaient pas cantonnés à un marché exclusivement. Ce fut ainsi qu’à la fin de la Troisième guerre, ils faisaient affaire à la fois avec la Horde et l’Alliance.

Récemment, le cartel Baille-Fonds, une faction gobeline établie à Orgrimmar et en Azshara, s’est trouvé une nouvelle ennemie en l’Alliance, quelques rencontres avec le SI:7, service secret de l’armée du roi Varian, s’étant révélées particulièrement néfastes pour les affaires et ayant poussé le prince marchand Gallywix à abandonner sa confortable neutralité. Les gobelins du cartel Baille-Fonds ont ainsi retissé des liens avec les vieux alliés de leurs parents, et intégré la Horde.

Zone de départ

Kezan

Au fur et à mesure que Kezan affirmait son statut de plaque tournante commerciale, la ville était divisée en dizaines de quartiers par les princes marchands, pour qui chaque centimètre de terrain peut être converti en or et en argent. Les palmiers tropicaux de Kezan serpentent sur toute l’île pour délimiter des kilomètres de route ;même les plages sont menacées d’être recouvertes de pavés par l’ambition des gobelins. Depuis peu, la nature reprend ses droits sur l’île de Kezan : le gigantesque mont Kajaro est entré en éruption à la suite du cataclysme, submergeant l’île sous sa lave brûlante et projetant de puissantes marées sur les ports de Kezan.

Capitale

Havre Baille-Fonds

Après la destruction des villages portuaires de Kezan, un grand nombre de survivants appartenant au cartel Baille-Fonds ont fui pour rejoindre leurs nouveaux alliés de la Horde et s’installer au havre Baille-Fonds, en Azshara. Les autres races se perdent en conjectures quant aux origines de la ville : le havre Baille-Fonds fut érigé en un temps record dès l’arrivée des réfugiés en provenance de Kezan et son architecture typiquement gobeline cultive une atmosphère de débauche et de désordre. Ce n’est que récemment que les gardes d’Orgrimmar ont posé leurs bottes à Baille-Fonds, mais la valeur stratégique du havre entre déjà en conflit avec les désirs de certains gobelins qui voudraient en faire une nouvelle version de leur ancien foyer (riche en tripots, lieux de plaisir et commerces de luxe). Ce désaccord culturel pourrait être à l’origine des tensions dans un avenir proche au sein des rangs de la Horde.

Monture raciale

Triklomoteurs

Les petits gobelins du cartel Baille-fonds côtoyant désormais les brutes massives de la Horde, les morts par piétinement se sont multipliées de façon alarmante. Faisant d’ordinaire peu de cas de ce genre de vétille, le prince marchand Gallywix fut consterné d’apprendre que les comptables réprouvés de Garrosh refusaient de payer pour un soldat mort si celui-ci n’avait pas pris part aux combats ; or, les piétinements accidentels occasionnés par les manœuvres taurènes rendaient extrêmement difficile le décompte de l’effectif gobelin ayant réussi à gagner le champ de bataille avant d’être aplati. Gallywix offrit une récompense substantielle pour toute invention permettant aux soldats gobelins d’échapper aux sabots meurtriers en se déplaçant plus rapidement pour aller mourir « de façon plus rentable ».

Des centaines de prototypes furent construits. La plupart explosèrent à la livraison. En définitive, le vainqueur manifeste (et relativement épargné) fut le robuste triklomoteur de transport conçu par un ingénieur d’âge canonique, Jibidiah « Moignons » Gragglefutz. Après plusieurs décennies à vendre des grenades et à y laisser phalange après phalange, Gragglefutz a donné naissance à ce véhicule à la fois rapide, solide et surtout non détonant. Jibidiah, qui s’est taillé une renommée certaine avec cette invention, affirme désormais que Gallywix le fait travailler à une version « turbo » du triklomoteur. La seule doléance de Jibidiah concerne la « récompense substantielle » promise pour la conception du triklo : suite à un embrouillamini de paperasseries et de problèmes de courrier, il n’en a toujours pas vu la couleur. Le prince marchand, qui s’en excuse, promet de mettre sans délai ses meilleurs gobelins sur le coup.

Plus d'infos sur les autres races