Humain
Alliance
Défenseurs du royaume

De récentes découvertes ont permis d’établir que les humains descendent des sauvages vrykuls, des guerriers géants vivant dans le Norfendre. Les premiers humains furent d’abord un peuple tribal et dispersé pendant des millénaires, jusqu’à ce que la puissance grandissante de l’empire troll en force l’unification. Ainsi fut formée la nation d’Arathor, et sa capitale la cité-État de Strom.

Histoire des Humains

Au terme de siècles de paix, les cités d’Arathor, dont l’indépendance s’affirmait sans cesse, se séparèrent en plusieurs royaumes : Gilnéas à l’ouest, Alterac, Dalaran et Lordaeron au nord-ouest, Kul Tiras au sud-ouest et Hurlevent loin au sud. Strom elle-même fut renommée Stromgarde et forma une puissante nation.

Mais le désastre survint, incarné par la Horde des orcs qui arriva sur Azeroth et réduisit Hurlevent en ruines. Les survivants, au nombre desquels le jeune prince Varian Wrynn, fuirent vers Lordaeron, où les dirigeants des sept royaumes durent se résoudre à se réunir pour former l’Alliance. Ensemble, ils parvinrent à vaincre la Horde, mais n’y trouvèrent qu’une paix temporaire.

Les coûts logistiques ne cessaient de croître, et Gilnéas et Stromgarde se retirèrent de l’union. Plus tard, une épidémie de peste se déclara. Elle tua des milliers d’humains et les transforma en morts-vivants au service du roi-liche. Sous l’influence de l’ennemi, le prince de Lordaeron, Arthas Menethil, tua son propre père et partit pour le Norfendre, où il fusionna avec son maître et devint le nouveau roi-liche. Pendant cinq ans, il resta en Norfendre, ourdissant ses plans de conquête et développant son armée.

Mais avant qu’il ne puisse déchaîner sa nouvelle puissance, les humains et d’autres races s’unirent contre lui. La Horde et l’Alliance lancèrent chacune une campagne contre sa citadelle et leurs efforts communs leur permirent d’arracher une coûteuse victoire.

Le royaume de Hurlevent est ainsi devenu le plus puissant bastion de l’humanité et la force dominante de l’Alliance qui réunit aujourd’hui plusieurs races, et ses habitants défendent leurs terres et celles de leurs alliés, toujours attachés aux principes d’honneur et de justice.

Zone de départ
Forêt d’Elwynn

Si les sous-bois paisibles au sud de Hurlevent semblent plus tranquilles que jamais depuis la chute de la Confrérie Défias, les habitants de la forêt d’Elwynn ont fort à faire. Il leur faut travailler aux champs, dans les mines, et récolter du bois de construction. Pour fastueuse qu’elle soit, Hurlevent péricliterait en un rien de temps sans l’afflux constant de nourriture et de matériaux dont sa population a besoin. Ces échanges commerciaux sont de plus en plus menacés par les invasions des kobolds, les rivalités à couteaux tirés entre fermiers et les attaques d’animaux sauvages. L’Abbaye de Comté-du-nord demeure consacrée au recrutement et à la formation des intrépides aventuriers désireux de contribuer à faire régner la paix. De leur côté, les orcs Rochenoire regroupent leurs forces dans les Carmines voisines. La milice de Hurlevent manquant plus que jamais d’effectifs, ces orcs renégats semblent déterminés à en finir avec leurs ennemis humains de toujours dans la forêt d’Elwynn.

Traits raciaux
Chacun pour soi
Les humains peuvent s’affranchir de tout effet d’étourdissement.
Diplomatie
Le discours franc et naturellement éloquent des humains permet à ces derniers de bien s’entendre avec les autres races et de gagner leur confiance plus facilement.
L'esprit humain
Les humains sont connus pour leur esprit indomptable et bénéficient d’un léger bonus de 1% supplémentaire aux statistiques secondaires de toutes les sources.
Histoire des Humains

Au terme de siècles de paix, les cités d’Arathor, dont l’indépendance s’affirmait sans cesse, se séparèrent en plusieurs royaumes : Gilnéas à l’ouest, Alterac, Dalaran et Lordaeron au nord-ouest, Kul Tiras au sud-ouest et Hurlevent loin au sud. Strom elle-même fut renommée Stromgarde et forma une puissante nation.

Mais le désastre survint, incarné par la Horde des orcs qui arriva sur Azeroth et réduisit Hurlevent en ruines. Les survivants, au nombre desquels le jeune prince Varian Wrynn, fuirent vers Lordaeron, où les dirigeants des sept royaumes durent se résoudre à se réunir pour former l’Alliance. Ensemble, ils parvinrent à vaincre la Horde, mais n’y trouvèrent qu’une paix temporaire.

Les coûts logistiques ne cessaient de croître, et Gilnéas et Stromgarde se retirèrent de l’union. Plus tard, une épidémie de peste se déclara. Elle tua des milliers d’humains et les transforma en morts-vivants au service du roi-liche. Sous l’influence de l’ennemi, le prince de Lordaeron, Arthas Menethil, tua son propre père et partit pour le Norfendre, où il fusionna avec son maître et devint le nouveau roi-liche. Pendant cinq ans, il resta en Norfendre, ourdissant ses plans de conquête et développant son armée.

Mais avant qu’il ne puisse déchaîner sa nouvelle puissance, les humains et d’autres races s’unirent contre lui. La Horde et l’Alliance lancèrent chacune une campagne contre sa citadelle et leurs efforts communs leur permirent d’arracher une coûteuse victoire.

Le royaume de Hurlevent est ainsi devenu le plus puissant bastion de l’humanité et la force dominante de l’Alliance qui réunit aujourd’hui plusieurs races, et ses habitants défendent leurs terres et celles de leurs alliés, toujours attachés aux principes d’honneur et de justice.

Zone de départ
Forêt d’Elwynn

Si les sous-bois paisibles au sud de Hurlevent semblent plus tranquilles que jamais depuis la chute de la Confrérie Défias, les habitants de la forêt d’Elwynn ont fort à faire. Il leur faut travailler aux champs, dans les mines, et récolter du bois de construction. Pour fastueuse qu’elle soit, Hurlevent péricliterait en un rien de temps sans l’afflux constant de nourriture et de matériaux dont sa population a besoin. Ces échanges commerciaux sont de plus en plus menacés par les invasions des kobolds, les rivalités à couteaux tirés entre fermiers et les attaques d’animaux sauvages. L’Abbaye de Comté-du-nord demeure consacrée au recrutement et à la formation des intrépides aventuriers désireux de contribuer à faire régner la paix. De leur côté, les orcs Rochenoire regroupent leurs forces dans les Carmines voisines. La milice de Hurlevent manquant plus que jamais d’effectifs, ces orcs renégats semblent déterminés à en finir avec leurs ennemis humains de toujours dans la forêt d’Elwynn.

Capitale
Hurlevent

Hurlevent est le parfait exemple de la détermination qui habite les humains. Détruite lors de l’invasion initiale de la Horde en Azeroth, elle fut patiemment reconstruite par la Guilde des Maçons à l’issue de la Deuxième guerre. La ville fut à nouveau partiellement rasée par Aile de mort, Aspect du dragon noir corrompu, qui lança une attaque brutale sur Hurlevent. Mais grâce au travail sans relâche de ses habitants, les quartiers demeurés intacts sont plus beaux que jamais. Depuis l’éclatante Cathédrale de la Lumière, véritable poumon spirituel du royaume, jusqu’à la resplendissante Vallée des Héros qui rend hommage au sacrifice des vaillants champions de Hurlevent, la fière cité illustre à merveille le cœur intrépide de l’humanité.

Chef
Anduin Wrynn

À la suite de l’invasion de la Légion ardente, les citoyens de Hurlevent et de l’Alliance durent faire leurs adieux à leur chef, le haut roi Varian Wrynn. Anduin, lui, perdit à la fois son père et une partie de son innocence alors qu’il lui revint de commander aux armées de l’Alliance lors d’une terrible guerre, une tâche pour laquelle il se sentait tout sauf prêt. Anduin a très souvent eu recours à la diplomatie pour mettre fin à des conflits, ce qui a même su convaincre son père de déposer les armes pour obtenir la paix. Mais la diplomatie a ses limites, et il est des ennemis avec lesquels on ne peut raisonner. Alors que l’escalade du conflit contre la Horde menace tout ce à quoi tient Anduin, il guide ses armées à la recherche de nouveaux alliés. Son but ultime est de mettre un terme aux bains de sang qu’il a en horreur… même s’il doit pour cela se salir les mains.​

Monture raciale
Cheval
Ces fidèles destriers menaient déjà leurs maîtres humains au combat avant l’avènement de la Première guerre. Réputées pour leur rapidité et leur fougue, ces montures n’ont pas leur pareil aux yeux de leurs cavaliers héroïques. Les chevaux de la forêt d’Elwynn sont très prisés par les aventuriers pour leur loyauté indéfectible et leur sang-froid face au danger. En raison d’une popularité grandissante, ces chevaux sont également disponibles à Theramore, et même dans les Paluns.
Plus d'infos sur les autres races