Worgen
Alliance
Reclus maudits

Derrière le monumental mur de Grisetête, une terrible malédiction se répandit parmi la nation isolée de Gilnéas, transformant un grand nombre de ses fiers citoyens en hommes-loups horrifiants, les worgens. Il y eut de grands débats parmi les érudits humains sur l’origine de cette malédiction, jusqu’à ce qu’il soit découvert que les premiers worgens n’étaient pas, comme on avait pu le penser, des abominations venues d’une autre dimension, mais des druides elfes de la nuit maudits.

Histoire des Worgen

Il y a bien longtemps, lors d’une violente guerre entre les elfes de la nuit et les satyres démoniaques de Kalimdor, des druides développèrent une transformation en une forme incarnant la fureur de l’ancien loup Goldrinn, puissante mais farouche. Disciples de Ralaar Brasecroc, les druides de la Meute voulaient utiliser la Faux d’Élune, une relique magique, pour dominer la rage irrépressible innée de leur nouvelle forme.

Mais au lieu de dompter leur fureur, la faux changea Ralaar et ses élèves en worgens, des bêtes humanoïdes esclaves de leurs instincts primordiaux.

Les druides ravageaient ami comme ennemi sans distinction, et les elfes de la nuit qu’ils blessaient contractaient une virulente malédiction qui les transformait à leur tour en worgens. Dans une tentative désespérée d’enrayer la propagation de ce mal, l’archidruide Malfurion Hurlorage bannit les créatures dans une partie du Rêve d’émeraude, le monde spirituel d’Azeroth, où ils devaient passer l’éternité dans un paisible sommeil.

La menace worgen fut ainsi endiguée pendant des millénaires, jusqu’à ce que l’archimage Arugal arrache les bêtes au rêve. Ramenés sur ordre du roi Genn Grisetête, les worgens affrontèrent le Fléau venu envahir le royaume de Gilnéas. Mais ils ne tardèrent pas à répandre leur malédiction parmi la population humaine en contaminant les soldats gilnéens en poste au-delà de la muraille.

Les elfes de la nuit, qui se tenaient pour responsables de la création de la malédiction et des ravages qu’elle entraînait, acceptèrent d’aider les Gilnéens. La Faux d’Élune ne permettait pas de les guérir de leur mal définitivement, mais les elfes de la nuit réussirent à leur apprendre à en contrôler les effets et à se transformer à volonté de forme humaine en worgen et inversement. À présent, ces hommes-loups maîtres d’eux-mêmes sont devenus de puissants membres de l’Alliance, prêts à se battre pour garder leur humanité et leur place dans la société.

Zone de départ
Gilnéas

La nation de Gilnéas fut coupée du monde derrière le colossal Mur de Grisetête pendant de nombreuses années. Ainsi débarrassé de toute influence extérieure, le royaume s’appuya sur la détermination sans faille et la ténacité de ses citoyens pour prendre en main sa propre destinée au sein du monde. C’était sans compter la série d’évènements récents qui frappa Gilnéas jusqu’à la destabiliser. Alors que la nation se remet difficilement d’une vieille guerre civile, une malédiction worgen dévastatrice se répand partout sur les terres gilnéennes, transformant une partie de la population en bêtes féroces.

Traits raciaux
Ventre à terre
Le worgen peut courir à quatre pattes aussi vite qu’un animal sauvage. Pourquoi s’embarrasser d’une monture quand on peut courir ?
Aberration
Le worgen a une résistance naturelle aux dégats d'ombre et de nature.

Sombre vol
En utilisant sa vraie forme le worgen accroît furieusement sa vitesse pendant un court laps de temps.
Écorcheur
Les griffes des worgens sont extrêmement acérées et peuvent écorcher une proie en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.
Acharnement
Les Worgens se battent avec la férocité d’un prédateur affamé et ont plus de chances d’infliger des coups critiques.
Deux formes
Les worgens peuvent basculer de leur forme humaine à leur forme worgen à volonté.
Histoire des Worgen

Il y a bien longtemps, lors d’une violente guerre entre les elfes de la nuit et les satyres démoniaques de Kalimdor, des druides développèrent une transformation en une forme incarnant la fureur de l’ancien loup Goldrinn, puissante mais farouche. Disciples de Ralaar Brasecroc, les druides de la Meute voulaient utiliser la Faux d’Élune, une relique magique, pour dominer la rage irrépressible innée de leur nouvelle forme.

Mais au lieu de dompter leur fureur, la faux changea Ralaar et ses élèves en worgens, des bêtes humanoïdes esclaves de leurs instincts primordiaux.

Les druides ravageaient ami comme ennemi sans distinction, et les elfes de la nuit qu’ils blessaient contractaient une virulente malédiction qui les transformait à leur tour en worgens. Dans une tentative désespérée d’enrayer la propagation de ce mal, l’archidruide Malfurion Hurlorage bannit les créatures dans une partie du Rêve d’émeraude, le monde spirituel d’Azeroth, où ils devaient passer l’éternité dans un paisible sommeil.

La menace worgen fut ainsi endiguée pendant des millénaires, jusqu’à ce que l’archimage Arugal arrache les bêtes au rêve. Ramenés sur ordre du roi Genn Grisetête, les worgens affrontèrent le Fléau venu envahir le royaume de Gilnéas. Mais ils ne tardèrent pas à répandre leur malédiction parmi la population humaine en contaminant les soldats gilnéens en poste au-delà de la muraille.

Les elfes de la nuit, qui se tenaient pour responsables de la création de la malédiction et des ravages qu’elle entraînait, acceptèrent d’aider les Gilnéens. La Faux d’Élune ne permettait pas de les guérir de leur mal définitivement, mais les elfes de la nuit réussirent à leur apprendre à en contrôler les effets et à se transformer à volonté de forme humaine en worgen et inversement. À présent, ces hommes-loups maîtres d’eux-mêmes sont devenus de puissants membres de l’Alliance, prêts à se battre pour garder leur humanité et leur place dans la société.

Zone de départ
Gilnéas

La nation de Gilnéas fut coupée du monde derrière le colossal Mur de Grisetête pendant de nombreuses années. Ainsi débarrassé de toute influence extérieure, le royaume s’appuya sur la détermination sans faille et la ténacité de ses citoyens pour prendre en main sa propre destinée au sein du monde. C’était sans compter la série d’évènements récents qui frappa Gilnéas jusqu’à la destabiliser. Alors que la nation se remet difficilement d’une vieille guerre civile, une malédiction worgen dévastatrice se répand partout sur les terres gilnéennes, transformant une partie de la population en bêtes féroces.

Capitale
Gilnéas

Ces sauvages worgens lancèrent il y a peu un assaut contre la capitale fortifiée du royaume, forçant les citoyens non contaminés à prendre les armes pour défendre leur foyer : la lutte armée s’est rapidement répandue au coin des rues pavées et des étroites allées de toute la ville, et ne semble toujours pas s’apaiser. La menace worgen suscite la peur, et nombreux sont ceux qui craignent que la réclusion et l’indépendance de Gilnéas n’en soit à ses derniers jours…

Dirigeant
Genn Grisetête

À maintes reprises, le roi Genn Grisetête s’est vu contraint de prendre des décisions difficiles afin de maintenir le bien-être et l’autonomie de Gilnéas. Suite à la Deuxième guerre, il ordonna la construction d’une fortification a priori impénétrable, le mur de Grisetête, afin de protéger son peuple contre toute menace extérieure. Ce faisant, il scella les frontières de sa nation, la coupant du monde et de ses conflits incessants. Pendant des années, le mur remplit son office, mais quand la malédiction worgen se répandit dans Gilnéas, cette barrière colossale commença à ressembler davantage à l’enceinte d’une prison qu’au périmètre d’un sanctuaire. Aujourd’hui, tandis que les Réprouvés de la forêt des Pins-Argentés voisine et la malédiction worgen menacent tous deux de détruire ce que Genn et ses ancêtres ont construit, le fier souverain de Gilnéas doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour sauver son royaume. Mais en raison de la colère que suscite en lui cette situation désespérée, l’épreuve la plus ardue qui se présente à Genn pourrait bien être de canaliser sa fureur avant qu’elle ne le consume.

Monture raciale
Ventre à terre

En raison de leur nature bestiale, les worgens sont capables de courir sur de longues distances. À quatre pattes, un worgen court aussi vite qu’un destrier, qu’un sabre-de-nuit ou qu’un mécanotrotteur. Suivant leur instinct sauvage, les worgens préfèrent voyager ainsi, contrairement aux autres races d’Azeroth qui recourent à diverses montures.

Plus d'infos sur les autres races
WoW Classic
Sortie mondiale dans
Désormais disponible dans le monde entier
Jours
Heures
Min
Sec